Une Journée Particulière d’Anne-Dauphine Julliand

Hello !

J’espère que vous allez bien, que vous commencez à profiter des vacances, même si la météo ne nous le montre pas, j’ai eu l’impression de passer mon BAC au mois de novembre. Bref, depuis la fin des exams, j’ai ENFIN pû resortir mes bouquins et lire lire lire.  Il y a 2 ou 3 ans, j’avais emprunté à ma mère le livre Deux petits pas sur le sable mouillé d’Anne-Dauphine Julliand. Je vais dire que c’est à partir de ce livre que j’ai découvert que les témoignages mit sur papier m’intéressent beaucoup. C’est surtout parce que ce livre m’a mit une claque. Je trouve que ce genre de livres (pas tous) vous ouvre sur le monde, vous montre que parfois vous êtes plus heureux que vous ne le croyez, des manières de penser, de vivre, même si nous ne sommes pas d’accord avec.

DSCN7376 bis

Pour revenir au sujet de l’article, ce livre est un peu « la suite », même si ce n’est pas trop possible si vous connaissez Deux petits pas sur le sable mouillé (je vous le conseille fortement !). Je vous résume un peu pour vous mettre dans le bain: Anne-Dauphine est journaliste à Paris est mère de 4 enfants: Gaspard, Thaïs, Azylis et Arthur. Cependant, quand Thaïs commence à marcher, sa mère trouve un défaut dans sa marche. Elle cherche donc à se renseigner et après maintes analyses, on lui avoue que sa fille de 2 ans est atteinte d’une maladie dégénérative incurable, la leucodystrophie méta-chromatique. En gros, pour mes personnes pas très scientifiques comme moi, cette maladie va rapidement atrophier les muscles de Thaïs, elle va s’arrêter de marcher, d’entendre, de voir, ses jours sont comptés.

Dans ce deuxième livre, Anne-Dauphine écrit sur toute une journée, celle où sa fille Thaïs aurait eu 6 ans. Dans le même temps, sa seconde fille Azylis est atteinte de la même maladie mais elle a été détecté plus tôt, une greffe a pu été réalisé mais elle est tout de même atteinte physiquement. Au premier abord, on pourrait dire que le sujet est délicat, même l’auteur le dit dans le livre, mais comme dans le premier livre, elle aborde la maladie autrement. Comme elle le dit si bien « Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut plus ajouter de jours à la vie », elle aborde aussi le sujet de la culpabilité d’une maman qui ne peut sauver son enfant, ou encore comment faire avec ses autres enfants de bas-âge. Elle n’hésite pas à développer le fond de sa pensée, à se référer à des moments passés, de plus son écriture est très agréable à lire, simple et appliqué.

Après, je trouve difficile d’adresser une critique à un témoignage, aussi délicat soit-il, puisque l’histoire est vraie, parfois difficile à aborder, même si critique n’est pas mon métier. Dans tous les cas, j’avais adoré Deux petits pas sur le sable mouillé, c’était un peu comme une « leçon », de se dire qu’il y a pire dans la vie, que la santé est très importante et qu’il faut PRO-FI-TER. Dans le cas de Une Journée Particulière, j’ai pas eu le coup de foudre comme avant mais on en apprend toujours autant. Je les conseille à n’importe qui, n’importe quel âge, ils font autant rire que pleurer. Cependant, ma critique n’est absolument pas influencée le sujet « triste » abordé, comme de la pitié si vous voulez, un terme que je n’aime pas adresser à cette histoire.

En tout cas, j’espère que cet article vous a plu et que ces post concernant les livres vous plaisent, personnellement j’adore les écrire. En attendant, je vous embrasse,

Isaline ♥

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s