La Vague

Hello !

Vous le savez peut-être, mais dès que j’apprends qu’un film est tiré d’un livre, c’est plus fort que moi, je dois voir les deux, histoire de comparer. Aujourd’hui, rebelote avec une oeuvre un peu connue: La Vague. J’avais visionné et découvert le film il y a 2 ans en cours et c’était franchement pas mal, assez instructif, je le conseille vivement. Du coup, lors d’une balade dans ma librairie, je suis tombée sur le livre, sans savoir qu’il existait. Il n’était pas cher, pas énorme, je l’ai ramené chez moi et en 2 heures il était terminé.

dscn7865-bis

Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’Histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort: « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action. » En l’espace de quelques jours, l’atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader.

Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?

En clair, un exercice sur les régimes totalitaires a viré au cauchemar, des élèves ont pris cette expérience beaucoup trop au sérieux et ça a dégénéré. Je n’ai pas été très attachée aux personnages, c’était un peu le fouillis j’avouerai mais en ayant vu le film avant, c’était un peu plus facile. Alors, c’est assez bizarre de dire ça mais on voit que l’expérience a resserré des liens entre les adolescents d’une même classe, que ces liens ont construit rapidement et solidement le mouvement  qui deviendra de plus en plus totalitaire tout au long du livre et du film. Il faut savoir que l’expérience a été lancée par le professeur d’histoire quand il n’a pas su répondre à la question « Pourquoi les allemands n’ont pas su intervenir sur le comportement des nazis, qui étaient une minorité de la population ? » que beaucoup se posent.  L’expérience tend à démontrer que la pression d’un groupe majoritaire sur un groupe minoritaire, surtout aidée par la violence et d’autres méthodes pas très sympathiques dirons nous, fonctionne avec succès malheureusement.

« Si l’histoire est condamnée à se répéter, alors vous aussi, vous voudrez tous nier ce qui vous est arrivé dans la Vague. En revanche, si notre expérience est réussie, et vous admettrez que c’est bien le cas, vous aurez appris que nous sommes tous responsables de nos propres actes et que nous devons toujours réfléchir sur ce que nous faisons plutôt que de suivre un chef aveuglément ; et pour le restant de vos jours, jamais, au grand jamais, vous ne permettrez à un groupe de vous déposséder de vos libertés individuelles. »

Que ça soit dans le film ou dans le livre, on peut voir que les élèves « fragiles » sont le plus attirés par des mouvements où ils se sentent importants, qui animent leur vie et malheureusement on en voit les conséquences assez graves. Les conséquences dans le film sont plus graves que celles du livre (qui sont tout aussi graves) et ça permet un peu plus de comprendre l’Histoire. L’auteur décrit avec brio l’engrenage du processus, à travers les discours des personnages, de leur comportements, de leurs actions, certains passages sont flagrants, très bien écrits comme ceux que j’ai introduis. C’est assez effrayant de voir comment on peut ne partir de rien, une classe comme les autres avec un projet inoffensif, et en voir le résultat, avec des caractéristiques semblables aux régimes totalitaires tels que le nazisme par exemple, ça fait assez froid dans le dos sans vous mentir. Ce que j’ai bien aimé dans ma lecture, c’est que l’auteur n’engage aucune idée politique ou n’ajoute de son opinion vis-à-vis de l’expérience; on se rend compte de nous même, et des discours des personnages bien sûr, de la gravité des actes commis amplifiés par les personnages « raisonnés » comme Laurie par exemple qui essaient de rendre compte aux autres combien l’expérience est abominable.

Au final, ce livre est très inspirant, fait réfléchir et je le conseillerai à n’importe qui. Il est court, 150 pages, donc il est très accessible, comme je l’ai dis en 2 heures de temps je l’avais terminé et je n’ai pas vraiment vu les pages se tourner.

Comment lui faire plaisir ?

Hello !

C’est toujours un casse-tête quand il s’agit de cadeaux chez moi, j’ai des membres de ma famille assez difficiles à satisfaire, on y rajoute mon argent de poche mensuel à gérer, et je ne parle pas du moment où il faut se mettre d’accord quand on fait un cadeau groupé. Alors je me suis creusé la tête, fouillé mes historiques de cadeaux et j’ai fait une petite liste pour vous aider.  Même si Noël n’est que dans quelques mois, les anniversaires tombent toute l’année, mais aussi d’autres fêtes religieuses, des fêtes personnelles comme « j’ai dégoté un job », « j’ai eu mon BAC »…etc, bref, pour n’importe quelle occasion.


Technologie/ Photos

  • Pour les cinéphiles, accro aux séries, musique, que ce soit fille ou garçon, c’est toujours bien d’aller faire un tour dans le rayon des coffrets DVD de séries, de films, d’album de musiques, albums de films. Au moins, cette personne pourra toujours les regarder, sans avoir besoin d’Internet, à collectionner, à regarder n’importe quand, autant de fois que l’on souhaite. -> FNAC, Leclerc, Cash Express, Amazon…etc

DSCN7856

 

  • Toujours autour de la technologie, selon votre budget ou bien groupé avec des copines ou de la famille, on peut se tourner vers un appareil photo ou encore un Polaroid par exemple. Si, comme moi, il ou elle aime capturer les moments et les conserver c’est le bon plan. Pour ce qui est du Polaroid, on peut trouver des films de toutes les couleurs et de tous les motifs, de quoi égayer des souvenirs accrochés sur un mur, dans un album ou un porte-feuille. Si il ou elle en possède déjà un, on peu se pencher sur une pochette de protection, un nouvel objectif, des accessoires pour développer ses envies. -> FNAC, Little Insta, Leclerc, Amazon…etc

DSCN7828 bis

 

  • Toujours autour de la photo, mais peut-être moins onéreux pour les petits budgets mais toujours aussi attentionné, créer un album photo est selon moins une excellente idée. Le tout est de rappeler tous les moments forts que vous avez vécu ensemble, avec d’autres ami(e)s, sa famille, ses voyages. Dans le même champ d’idée, un pêle mêle de cadres orné de photographie est parfait pour le croiser tous les jours et lui redonner le sourire. On peut considérer qu’une partie est fait main et l’attention portée est à mon avis à son summum. -> FNAC, Magasins de photo, Leclerc, Polabox…etc

DSCN7842 bis


Soins/ Beauté

  • Ça, c’est le bon plan classique qui fait toujours plaisir, que l’on trouve toute l’année et qui, le plus souvent est personnalisable. Toutes les catégories sont concernées: beauté, soins de la peau, des cheveux, comme pour homme que pour femme, parfums, ou même fait par ses soins, comme une sorte de swap: juste besoin d’une boîte, des cadeaux que vous avez choisis (photo, rouge à lèvres, peluche, bonbons…), un petit mot, du papier cadeau et le tour est joué, on peut même se baser sur un thème, une couleur par exemple. -> LUSH, Nocibé, Sephora, Salon de coiffure, Salon de thé…etc

DSCN7861 bis

  • Les cartes cadeaux, c’est souvent le cadeau de dernière minute qui au final satisfait amplement: pas besoin de retourner au magasin échanger le cadeau si il ne plaît pas, on adapte son budget et au moins il ou elle peut choisir ce qu’il lui plaît. Elles sont disponibles quasiment partout, dans des boutiques de vêtements, de beauté, dans de grandes enseignes; autant fille que garçon, on peut satisfaire tout le monde. -> Nocibé, Celio, H&M, FNAC, Maisons du Monde…etc

Expériences

  • Pour les plus gros budgets, on peut organiser un voyage, un week-end voir même un road-trip. Ça peut être dans un autre pays, proche ou loin, une journée ou deux dans un parc d’attraction comme Disneyland, entre ami(e)s, entre cousin(e)s ou même en amoureux. C’est des souvenirs que l’on oublie pas et on en profite souvent plus qu’un objet, les virées entre copains, ce sont des expériences que je conseille vivement. -> Leclerc, VeryChic, Voyage Privés, AirBnB…etc

 

  • Fan de musique ? De danse ? De spectacle dans un genre particulier ? Et bien, il suffit de se renseigner pour des billets de concerts pour un artiste en particulier (si je trouve des billets pour Ed Sheeran sous le sapin, j’épouse celui ou celle qui me les a offert), ou bien pour un ballet, un opéra, un spectacle humoristique ou même un festival par exemple. On a de tous les genres , encore une année c’est toute l’année et on en ressort le plus souvent avec des étoiles dans les yeux. -> FNAC, Leclerc, Live Nation, Site du Lieu…etc

DSCN7850 bis


Fait Main

  • Pour les personnes qui ne seraient pas très technologies ou qui aiment l’art, pourquoi ne pas tenter des affaires de dessin: des crayons de différentes intensités, des calepins de grains différents, de la peinture aquarelle…etc, mais aussi des affaires de scrapbooking, c’est un peu moins fréquent, mais pourquoi pas, il suffit de bien connaître la personne. -> Loisirs créatifs, FNAC, petits magasins…etc

DSCN7847 bis

 

  • Pour les grands littéraires (ou pas), pourquoi ne pas offrir un livre ou deux. Pour partager nos découvertes, pour faire plaisir ou encore pour donner envie de lire. Tout le monde peut être satisfait: science-fiction, témoignages, romance, policier…etc, pour tous les âges. -> FNAC, Leclerc, Librairie, France Loisirs…etc

DSCN7838 bis


Les classiques

  • Pour les tantes, les mères, grand-mères, qui aiment chouchouter leur maison, de la décoration, de la vaisselle et même des plantes feront parfaitement l’affaire. Il suffit juste de connaître un peu les goûts et la décoration générale, et peut-être de se regrouper avec d’autres membres de la famille. Ou par exemple, pour les petits étudiants qui viennent d’avoir leur premier appartement (comme moi), cela peut aussi être une bonne idée; on ne dirait pas mais on a besoin de pas mal de choses quotidiennement, ou même pour rendre son petit nid chaleureux. -> Ikéa, Zodio, Maisons du Monde, Action, But, Conforama, La Chaise Longue…etc

 

  • LE cadeau classique, à offrir à un peu tout le monde: un bijou. La plupart des filles en raffole: boucles d’oreilles, colliers, bracelets, montres, pour tous les budgets, tous les styles, parfois faits main. Même pour les hommes, un petit bracelet en cuir, une montre, une chaînette…etc. -> Le Manège à Bijoux, Pandora, Bijouterie, H&M, Bijou Brigitte…etc

DSCN7833 bis

 

  • Un vêtement, une écharpe, une jolie robe, des gants, ça fait toujours l’affaire. Il suffit de connaître la taille et les goûts et le tour est joué. Il y en a pour tous les budgets en plus, et le plus souvent on peut échanger sous 30 jours, idéal comme cadeau de dernière minute par exemple. -> H&M, Zara, Camaïeu, Pimkie, Undiz, Etam, Galeries Lafayette…etc

DSCN7852 bis


Et enfin, je trouve que c’est un peu la cerise sur le gâteau, c’est d’organiser un anniversaire surprise. Avec ça, je suis sûre que 1) vous passerez une super soirée 2) votre ami(e)/ cousin(e) va adorer et va s’en souvenir pendant longtemps. On peut trouver pas mal d’idées sur Pinterest, Youtube, des forums sur des types de décorations parfois moins chères, des idées de buffets, de gâteaux…etc.

Isaline ♥

Everything Everything

Hello !

Etant une grande fan des vidéos de Zoella, j’ai repéré un livre dont elle a parlé récemment, il s’agit d’Everything Everything de Nicola Yoon. Elle le conseillait vivement et je n’ai pas eu de mal à le trouver en librairie, je vois qu’on en parle un peu partout, vous l’avez peut être croisé quelque part. Déjà, je trouve la première de couverture sublime, tout en détails.

DSCN7807 bis

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. 

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre. 

Depuis qu’Olly est entré dans ma vie, il y a deux Maddy : celle qui continue son existence à travers les livres et ne veut pas mourir, et celle qui vit pour de vrai, avec le pressentiment que la mort est un prix infime à payer pour cela.

Mine de rien, j’ai rapidement lu ces 360 pages, plus vite que je ne le croyais. Il y a beaucoup de chapitres, certains font une page, d’autres une dizaine. Certaines pages sont agrémentées de dessins, d’effets écrit à la main, nous sommes immiscés dans le journal intime de Madeline, le personnage principal. Elle insiste beaucoup avec les énormes difficultés de sa maladie, elle les décrit comme il faut et on se met à sa place au bout de quelques pages seulement. Sa mère s’occupe d’elle constamment, une mère sur-protectrice mais pour le coup, elle se doit de l’être avec une telle maladie. Madeline ne fréquente que sa mère et son infirmière, Carla, qui est aussi un peu sa confidente, sa seule amie. Malgré le fait qu’elle soit constamment enfermée, on en apprend beaucoup sur elle, sur ce qu’elle peut voir à la fenêtre et son imagination. Cependant, même si elle avoue avoir 18 ans, je la trouve légèrement plus jeune par rapport à sa façon de raconter la réalité, je lui aurai donné 15 ou 16 ans.

Peut-être que grandir, c’est décevoir les gens qu’on aime.

DSCN7813 bis

Quand elle voit Ollie, son nouveau voisin de 17 ans, pour la première, elle sait déjà qu’il ne va pas être un voisin comme les autres. Elle s’imagine beaucoup de choses, même si elle sait pertinemment qu’elle ne pourra jamais le rencontrer. J’avais vraiment envie de tourner les pages pour savoir jusqu’où Madeline allait aller, les effets de sa maladie, sa relation avec Ollie, avec sa mère… et je ne m’attendais pas à une telle fin. Là dessus, l’auteur a fait du bon boulot. Cependant, je l’adresserai plus vers une tranche d’âge plus jeune, vers 14/15 ans je dirai. Comme je le disais plus haut, Madeline m’a paru plus jeune que son vrai âge donc j’ai trouvé le livre légèrement enfantin puisque tout est raconté par Madeline, et les dessins en font un peu partie. Alors oui je conseille ce livre, de par toutes ses émotions, ses surprises, mais il n’a pas été un réel coup de coeur pour moi, comme Te Succomber ou Une Vie en Mouvement ont pu l’être.

Pour la première fois depuis longtemps, j’ai envie de plus que ce que j’ai.

Isaline ♥

Ce que j’ai aimé cet été 2016 ☼

Hello !

Les vacances sont passées à une vitesse folle, peut-être parce que j’ai passé beaucoup de journées à avancer dans mes séries, à rattraper mon retard dû au BAC. De plus, je suis pas mal partie à droite, à gauche, avec des copains, de la famille, c’est peut-être aussi l’une des raisons qui fait que je n’ai pas vu passer mon été passer. Avec tout ceci, je me suis souvent tournée vers les mêmes choses, pour partir, pour me maquiller.

DSCN7795 bis

DSCN7797 bis DSCN7798 bis

DSCN7800 bis

L’été rime avec soleil, eau de mer, chlore…etc alors un gommage régulier est de rigueur. Le premier, je l’ai trouvé dans ma salle de bain, d’une marque que je ne connaissais pas du tout, « Les Sens de Marrakech ». Ils décrivent sa composition avec du granité d’argan, et je peux dire que c’est le meilleur gommage que j’ai jamais testé. On sent qu’il gomme quelque chose, pas comme ce qu’on peut trouver en grandes surfaces. En revanche j’ai 2 points négatifs à noter: il est un peu difficile à enlever, il faut préconiser une fleur de douche, et surtout son odeur: il est au patchouli et l’odeur est vraiment désagréable. Le deuxième gommage que j’ai le plus utilisé est celui au karité de The Body Shop. Là en revanche, l’odeur est vraiment ce que j’ai préféré et le karité nourrit super bien la peau, je le recommande vivement !

 DSCN7801 bis DSCN7802 bis DSCN7803 bis

 Alors, côté make-up, j’ai essayé de moins me maquiller mais j’ai tout de même quelques produits que j’affectionne beaucoup. J’utilise depuis quelques temps le combo des deux fards Password et Whiskey de la Naked Smoky et j’en suis amoureuse. Je compte d’ailleurs faire ce make-up sur le blog prochainement. Par contre, les fards sont super pigmentés, alors à prendre avec parcimonie. Ensuite, je me suis procuré cette poudre compacte translucide de chez Catrice en Espagne. N’ayant jamais testé cette marque, je me suis dit que c’était le moment, et depuis je l’adore. Dans l’article que j’ai posté sur ma commande FeelUnique, j’ai parlé du bronzer Bahama Mama de TheBalm, et il est tout simplement génial, assez foncé pour ma carnation, pigmenté comme il faut.

DSCN7805 bisPour finir, cette pochette que j’ai trouvé chez Sephora US, que j’ai présenté dans cet article, m’a suivie partout. Je peux y mettre une énorme quantité de maquillage, elle est solide, un peu étanche, bref c’est un bon investissement. Enfin, si vous n’êtes pas encore au courant, j’ai voulu lire la légendaire série des Harry Potter mais en anglais, et avec seulement le premier tome de lu j’adore. J’ai vraiment hâte de lire les suivant, on m’a dit que certains ne collaient pas vraiment avec les films très connus alors je sui très curieuse de comparer.

Isaline ♥

Une Vie en Mouvement – Misty Copeland

Hello !

Aujourd’hui, livre un peu spécial, il s’agit d’une sorte de biographie, au sujet d’une personne que je ne connaissais absolument pas. L’après-midi des résultats du BAC, je suis allée à la librairie pour me récompenser, je n’avais pas de livres spéciaux à acquérir. Et puis, je suis tombée par hasard sur Une Vie en Mouvement de Misty Copeland. Sans mentir, j’ai tout de suite été attirée par la couverture. J’ai été agréablement surprise de trouver un livre concernant la danse, ce n’est pas vraiment commun dans une petite librairie. Je l’ai donc acheté et j’ai commencé sa lecture pendant mon séjour annuel sur le Bassin d’Arcachon.

DSCN7752 bis

DSCN7754 bis

Misty Copeland est récemment entrée dans l’histoire de la danse américaine en devenant la première afro-américaine à être nommée danseuse étoile de l’American Ballet Theatre. Lorsque, à l’âge de 13 ans, elle a pénétré dans un petit studio de danse classique, personne ne s’attendait à ce que cette jeune fille issue d’un milieu défavorisé devienne l’un des talents les plus marquants de la danse. Très vite, elle est apparue comme un véritable prodige, ne mettant que quelques mois à dominer des rôles que d’autres mettaient des années à maîtriser. Partagée entre le confort qui lui était offert par ces nouvelles perspectives de vie et les difficultés du milieu duquel elle était issue, elle a dû apprendre à concilier son identité et ses rêves, trouver le courage de rester et devenir elle-même. C’est ce parcours dont elle faire le récit dans La vie en mouvement. On y suit les différentes étapes de sa vie : des coulisses de ses premières répétitions aux succès qu’elle a rencontrés en incarnant les rôles principaux de ballets mythiques. Une histoire de passion, d’identité, de grâce, de détermination.

Donc nous avons ici un livre concernant le domaine de la danse et du racisme aux Etats-Unis, 2 choses que j’adore, enfin pour ce qui est du racisme j’aime m’y intéresser, pas le pratiquer, qu’on soit clair. Ce livre, je l’ai dévoré, j’avais tellement envie de savoir comment Misty allait évoluer parce que bon, elle était d’abord intéressée par la gymnastique avant la danse, elle n’a pas grandi dans un milieu socialement facile. Elle insiste sur le fait qu’elle « dédicasse » son parcours pour « toutes les petites filles à la peau brune ». Elle souhaite que que son parcours ouvre la voie à beaucoup d’autres danseuses afro-américaines, souvent freinées par la couleur de leur peau, malheureusement. La particularité de son parcours se base sur le fait qu’elle a commencé la danse tard, très tard, un des nombreux obstacles qu’elle a du affronter pour accéder à son rêve de première danseuse dans une compagnie de renommée.

DSCN7758 bis

Etre une ballerine consumait peu à peu mon identité tout entière, ce qui m’amenait à me soucier de ce que je deviendrais – et de celle que je serais – si je ne réussissais pas.

Dans son livre, on voit qu’elle cherche à montrer que rien n’est impossible, que malgré son passé complexe elle a réussi à se démarquer et s’imposer. J’ai trouvé le livre très bien écrit, détaillé, j’ai accroché dès les premières pages, c’était prenant et super intéressant. On retrouve sur certaines pages le vocabulaire de la danse, qu’elle tente d’expliquer, elle ne cache rien sur ses expériences. Toutes les pages sont enrichissantes, on en apprend sur les situations de certains quartiers des Etats-Unis, des préjugés racistes de certaines grandes compagnies de Ballet qui sont décevantes, elle parle aussi un peu de sa vie à New-York. Malgré les 330 pages qui pourraient effrayer, quand on est dedans, on est dedans, même si aucune intrigue est installée. Pour tous les danseurs et danseuses, c’est vraiment un bon livre, même si vous n’aimez pas forcément lire. J’ai eu l’impression que Misty Copeland me racontait l’histoire puisqu’elle utilise le « je », au lieu d’une autobiographie classique.

Sur scène, les projecteurs modifient votre équilibre, votre concentration, et réchauffent assez l’atmosphère pour assouplir la dureté des chaussons de pointes. Un costume ajoute poids et contraintes aux mouvements du danseur. L’orchestre et un chef souvent imprévisible vous mettent au défi de savoir réfléchir instantanément, sur la pointe des pieds, en cas de changement soudain de tempo. Ensuite, il y a tout votre propre enthousiasme, l’ivresse qui va de pair avec le spectacle vivant. Souvent votre instinct vous pousse à réagir en opposition à la chorégraphie que votre corps connaît si bien. 

Isaline ♥

J’ai reçu de FeelUnique

Hello

Il y a quelques semaines, ma sœur a décidé de passer une commande sur le site de FeelUnique, un de ces fameux sites où l’on peut trouver des marques de cosmétiques et de soins comme britanniques ou américaines par exemple. On peut y croiser Stila, Macadamia, Kiehl’s ou encore Sleek. J’en ai donc profité pour recueillir quelques produits sur lesquels je louche depuis un bon bout de temps. Pile une semaine après avoir passé commande sur Internet, le colis est arrivé dans notre boîte aux lettres.

DSCN7761 bis

DSCN7763 bis

DSCN7766 bis

Tout est arrivé en un seul morceau. A mon compte, j’ai choisis trois produits: une petite trousse de chez ZoellaBeauty, deux doubles pinceaux EcoTools et un bronzer de chez TheBalm. Sans mentir, j’ai surtout passé commande pour les produits ZoellaBeauty, cependant j’ai été un surprise du nombre de produits proposés de la marque ou même des autres: je m’attendais à beaucoup plus de produits, chaque marque proposée n’a pas la totalité de ses produits sur le site. Donc, la trousse que j’ai choisis est assez petite mais passe-partout, qui peut passer de sac en sac sans difficulté, j’en suis A-MOU-REUSE !

DSCN7771 bis

DSCN7790 bis

Ensuite, je me suis dit que l’on a jamais assez de pinceaux, alors quand j’ai vu la marque EcoTools, j’ai foncé ! J’avais jeté un oeil aux pinceaux Sigma sur le site mais j’ai trouvé leur prix plus cher que ce que je pensais. J’ai donc pris des pinceaux pour les yeux à doubles embouts, je les aies déjà adoptés pour tout dire. En plus de ça, ils sont cruelty-free, fabriqués avec de l’aluminium recyclé et en bambou, que demander de plus ? Je les recommande à 1000%.

DSCN7782 bis DSCN7786 bis DSCN7788 bis

Enfin, j’ai fais un petit craquage sur le célèbre Bahama Mama de The Balm. Je l’avais vu sur la chaîne de LittleJBeauty il y a peut-être 2 ans. Je n’arrêtais pas de le croiser chez MonoPrix et je n’avais jamais le courage de le prendre (sans doute à cause de son prix), maintenant que c’est chose faite je ne regrette pas du tout. J’avais l’habitude d’utiliser un bronzer d’une petite palette Sleek mais la teinte n’était pas assez foncée par rapport à mon visage pour se voir, et le Bahama Mama est tout simplement parfait: merci The Balm !

DSCN7777 bis

DSCN7793 bis

Isaline ♥

Te Succomber – Jasinda Wilder

Hello !

Pendant un bon moment, un mois environ, le blog accueillera 2 articles par semaine, et un article sur deux concernera un livre. Je suis assez contente de trouver de plus en plus de contenu à poster sur le blog et de le diversifier aussi. Ceci étant dit, passons à celui d’aujourd’hui ! Sous les conseils de MlleEloise62, je me suis procuré un des livres de l’auteur Jasinda Wilder que je ne connaissais pas du tout, il s’agit de Te Succomber. Vous le savez peut-être, ou pas, que euh j’aime bien les histoires romantiques, mais pas du genre niais, plutôt quelque chose de bien écrit, bien décrit. Vu la description de la quatrième de couverture et comment Eloïse l’a décrit, j’ai foncé pour le trouver.

Je fermai les yeux ; quelque chose de chaud et de mouillé coula le long de ma joue. Ce n’était pas une larme. J’avais décidé de ne pas pleurer. Je ne pouvais pas. Si je me laissais aller, j’ouvrirais mon âme. Cela ne s’arrêterait jamais. Je me briserais, j’exploserais tout simplement en mille morceaux. Le liquide sur ma joue, c’était le sang de mon cœur déchiré en lambeaux.

DSCN7554 bis

A dix-huit ans, Nell est inconsolable. Kyle, à la fois son meilleur ami et l’amour de sa vie, meurt accidentellement. Elle sombre dans un chagrin fou dont personne ne semble pouvoir la tirer. Deux ans plus tard, la jeune femme croise le chemin de l’insaisissable Colton, le frère aîné de Kyle. La douleur est toujours vive, mais une irrésistible pulsion l’attire vers lui. 

Passion ? Fureur de vivre ? Un lien unique les unit et les consume au plus profond d’eux-mêmes. Colton pourra-t-il redonner à Nell le goût d’aimer ?

Le livre est divisé en deux partie, la première avant la mort de Kyle, et la seconde plus tard lorsqu’elle retrouve Colton. Alors, durant la première partie, j’ai été captivée, dès que j’avais un moment, je le lisais, même si ce n’était que pour gagner quelques lignes. C’était l’un des rares livres que je dévorais autant. La première partie est racontée par Nell, qui décrit ses sentiments, ses pensées d’une certaine manière afin que le lecteur se sente dans le livre, et ça, j’achète ! Kyle et Nell ont toujours été meilleurs amis et au bout d’un moment, il leur était évident qu’il y avait un peu plus que d’amitié entre eux. Mais, je ne sais pas, j’ai trouvé leur histoire particulière, prenante et passionnante. C’était assez intéressant de voir les pensées profondes d’un personne heureuse, amoureuse et passionnée, mais aussi détruite, au fond du trou. J’ai été vraiment plongée dans le livre, comme à la place de Nell, lors de sa relation avec Kyle, lors de sa mort. On voit beaucoup de progressions dans les sentiments, avec le caractère de Nell, l’affectation de son entourage, son évolution tout au long du livre. J’ai vraiment adoré cette première partie, beaucoup de phrases sont inspirantes.

Je suis en train de te succomber. Tu es un océan et j’y succombe. Je me noie dans les profondeurs de ce que tu es. Comme tu l’as dit, ça fait peur d’une certaine façon, mais c’est aussi la chose la plus incroyable que j’ai jamais vécue. Tu es le chose la plus incroyable que j’ai jamais vécue.

DSCN7555 bis

En ce qui concerne la seconde partie, qui était la plus longue, j’ai moins aimé. Je savais d’avance que Nell allait connaître une relation avec le frère de son défunt grand amour, mais je n’ai pas aimé la façon dont ils ont procédé, dirons-nous. Nell est toujours déchirée, même si elle ne le montre pas, quelques années après, quand elle étudie à NYC. Là-bas, elle retrouve Colton, qu’elle avait déjà rencontré à l’enterrement de Kyle. On ressent déjà que quelque chose se trame entre eux à ce moment, à travers les pensées de Nell, encore une fois. Alors oui, c’est du new adult donc il fallait s’attendre à des scènes sexuelles décrites mais c’est justement leur utilisation qui m’a dérangée. J’ai eu l’impression que l’auteur utilisait le sexe entre Nell et Colton pour les « réparer ». C’est limite si j’ai ressenti que c’était la seule chose qui les liait, et je n’ai pas vraiment, même pas du tout apprécié cette partie. De plus, je sentais un peu d’exagération quant aux révélations de Colton par exemple, avec lequel je n’ai pas du tout réussi à m’attacher, même lorsqu’il était narrateur de l’histoire.

 Je pourrais écrire une chanson qui n’aurait pour musique que son nom. Je pourrais chanter, jouer de la guitare, et son corps serait la seule mélodie.

Malgré tout, je peux qualifier ce livre de petit bijou, en ce qui concerne la reconstruction de soi après un lourd chagrin, et comme le disait Eloïse, le fait qu’un être humain puisse être sauvé malgré le taux de bêtise qui peut l’habiter. Même si, comme je l’ai déjà dit, ce n’était pas de cette façon que je m’attendais à les voir se reconstruire, mais découvrir l’histoire de Nell et de Colton, toutes deux différentes, mais les ayant autant détruits, et de voir qu’ils peuvent se reconstruire l’un grâce à l’autre, c’était formidable, vraiment. Je conseille ce livre à celles et ceux qui recherchent du drame, du romantisme, l’écriture est accessible à tout le monde. Cependant, puisque c’est du new adult, peut-être pas avant 15 ans, tout dépend de la maturité de chacun et de chacune. Après, comme à chaque fois, les avis diffèrent d’une personne à une autre, à vous d’en faire bonne usage.

Isaline ♥

The gin is cold and the piano’s hot

Hello !

Un petit bout de temps depuis le dernier OOTD, non ? C’est chose faite aujourd’hui. Quelques SMS avec mon Pauline, nos appareils photos embarqués et le tour était joué. Tout est simple, du noir du jean, accessoirisé avec des colliers pour moins ennuyer. De quoi ne pas se prendre la tête, la chaleur et la flemme sont quelques fois mes meilleures amies durant l’été. Mon haut noir à double volants vient de chez Garcia Jeans, il est quelque peu épais mais confortable. Je suis accro à ce short en jean déchiré que j’ai shoppé chez Stradivarius, super confortable lui aussi, le tout accompagné de mes fidèles Converses passe-partout et de quelques colliers: le trois premiers venant de chez H&M et le plus long est un cadeau.

DSCN7720 bis

DSCN7722 bis

DSCN7727bis

DSCN7732 bis

DSCN7728 bis

DSCN7742 bis

Isaline ♥

Ne le dis pas à maman

Hello !

Je faisais un petit tour, il y a maintenant plusieurs semaines, dans le rayon des livres du Cora de ma ville. A chaque fois que je mets les pieds dans un hypermarché je fais un tour, c’est plus fort que moi. Et cette fois-ci, je suis tombée sur deux livre qui se suivent et je viens parler sur le blog du premier: Ne le dis pas à maman de Toni Maguire. Je n’avais jamais entendu parler du livre ni de l’auteur, j’ai simplement lu la quatrième de couverture et je l’ai ramené chez moi.

DSCN7544 bis

J’avais confiance en l’amour de ma mère. Elle lui dirait d’arrêter. Elle n’en fit rien. T. M.

Ce n’est pas vraiment le genre de livre que j’ai l’habitude de lire, et surtout sur la plage par exemple. Pour faire court, Toni Maguire y fait le témoignage de son enfance souillée par les viols de son père qui ont commencé vers l’âge de ses 6 ans, ses déménagements incessants et surtout le fait que sa mère joue l’aveugle face à ces horribles événements. A cela s’ajoute, la famille, l’école et les amis qui n’ont pas toujours été très gentille avec elle. Comme je le disais, ce n’est pas un livre joyeux, je ne le conseille pas pour les plus jeune, comme en dessous de 15 ans par exemple. En tout cas, c’est une histoire bouleversante, vraiment, j’étais bien au courant des violences familiales mais quand on le lit comme si l’auteur nous parlait, c’est différent. Certaines scènes sont assez choquantes et font froid dans le dos, malgré la façon un peu calme (à mon goût) de l’auteur à raconter ce genre d’expériences.

Il y avait d’abord eu le jeu de « notre secret ». Puis le jeu de « la famille heureuse » et le dernier jeu de ma mère: Ruth, « la victime ».

DSCN7545 bis

L’auteur décrit beaucoup les paysages qu’elle a pu croiser entre l’Angleterre et l’Irlande au milieu du 20ème siècle, ainsi que sa vie d’avant, quand sa famille était stable et heureuse. Le début du livre est tellement court et joyeux, comparé aux 80% restants du livre. J’ai vraiment était choquée du contraste, quand on voit combien elle a pu être heureuse et tout ce qu’elle a pu vivre. Ce qui m’a le plus révoltée dans son histoire (désolée pour le spoil), c’est à la fin quand tout le monde la repousse et l’humilie de par sa grossesse très précoce, qui n’était en aucun cas voulue mais surtout traumatisante. J’ai aussi été impressionnée/choquée par le très très peu de circulation d’informations au sujet des relations sexuelles et tout ce qui tourne autour, ainsi que les violences familiales. A 14 ans, Toni ne savait pas qu’il était possible qu’elle tombe enceinte de son père, lorsqu’elle l’a été, personne n’a cherché à savoir si son père n’avait pas abusé d’elle, toute la faute est retombée sur elle, jusqu’à en perdre son travail. Cela m’a tellement révoltée, je suis quelqu’un qui ne supporte pas d’être accusée de ce qu’elle n’a pas fait ou de ce qu’elle n’est pas alors bon…

« Qui est le père ? » demanda-telle enfin d’une voix glaciale.
J’étais prête à mentir, même si je savais que ça ne servirait à rien . Mais ma mère ne m’en laissa pas le temps.
« Antoinette, dis-moi la vérité. Dis-le moi, je ne me mettrai pas en colère. »
Nos yeux se croisèrent. Ma mère essayait de lire en moi.
« Papa », m’étranglai-je.
Elle me répondit: « Je sais. »

C’était assez dûr à certains moments de tourner les pages et de se demander ce qui pouvait arriver de pire à l’auteur. On peut surtout voir, comme je le disais, le très peu d’information au sujet de l’inceste, du viol, des violences à cette époques. Personne n’en avait confiance, et l’enfer était pire que tout pour celle et ceux qui en ont été victimes, qui ne pouvaient être compris, écouté sans être montrés du doigt et accusés. Toni Maguire insiste surtout sur le comportement de sa mère, l’ignorance qu’elle a pu avoir sur les viols de sa fille par son propre mari, des violences qu’elle aussi a pu subir, l’aide que Toni a tant attendue mais jamais arrivée de la père de sa mère. Même sur son lit de mort, Toni avoue attendre un pardon de sa part sur cette sombre période, mais elle ne l’aura jamais entendu. Pour finir, c’est un film poignant, horrible, enrichissant dans un certain sens, ce n’est en tout cas pas un livre à prendre à la légère.

Isaline ♥

1ère Wishlist Déco ☆

Hello !

Ma rentrée à la fac arrive à grand pas, ce qui signifie emménagement ! J’ai donc fait un petit tour sur quelques sites pour me constituer une wishlist de meubles et de déco que j’aimerai un jour voir au quotidien dans mon petit chez-moi. Certains coûtent une fortune et ne rentrent pas dans un studio d’étudiant, mais on ne sait jamais, un jour, peut-être, plus tard.

Sans nom 1

  • Alors, Number 1, je vais avoir besoin d’un endroit où ranger mes vêtements, mes affaires personnelles tout ça tout ça. J’ai des goûts assez simples, donc une petite commode en bois, ça me suffit, celle-ci n’est « pas très chère », par rapport à ce que j’ai pu voir sur d’autres sites. C’est pas très original mais elle vient d’Ikéa, c’est un peu le magasin qui sponsort la vie étudiante.
  • Cela fait quelques temps que j’ai envie d’une monatgne de coussins sur mon lit, mon meilleur ami. J’en ai donc trouvé 2 sur Maisons du Mond(les numéros 2 et 4), un peu en pilou-pilou, mais c’est un objet assez commun que l’on peut trouver un peu partout, avec des motifs plus ou moins originaux.
  • Alors cette horloge, je l’ai mise dans cette wishlist parce que j’adore son style. On me dit souvent que j’ai des « goûts de vieille », je n’aime pas le style de 1850 mais plutôt rétro-vintage, donc euh c’est pas pareil. Puis, je la trouve originale cette horloge, à s’accrocher sur le côté, du style vieux londonien, propsée par Maisons du Monde.
  • J’en avais déjà un peu parlé dans cet article où je présentais mes rêves, c’est-à-dire une bibliothèque, une énorme bibliothèque avec des livres de toutes les couleurs, de toutes les tailles, et de toutes les histoires possibles. Je trouve que ça habille vraiment une pièce, enfin c’est le genre de chose vers laquelle je m’approche tout de suite. Bien sûr, la bibliothèque que j’ai choisis ici ne rentrera jamais dans mon studio, mis comme je disais, un jour peut-être.
  • J’ai trouvé ce miroir super original, j’aime le simple et l’original (un peu bizarre), et je suis tombée dessus sur le site d’Urban Outfitters. C’est super pratique déjà pour ranger des colliers sans qu’ils s’emmêlent, et le miroir est intégré, quoi de mieux ?
  • Pour ranger quelques papiers, lettres, cartes, plutôt que de les ranger dans un porte documents ou autres, c’est plus facile d’accès, puis ça habille un plan de travail. J’ai trouvé ce petit porte-courrier chez Maisons du Monde.
  • Encore côté rangement (je déteste perdre mon temps à chercher), j’ai trouvé ce grillage mural sur Urban Outfitters. Je me verrai bien y accrocher des polaroïds, des cartes des copines, des billets de concerts, des dessins de mes petites soeurs, pour me sentir chez moi, de quoi rendre ma grotte chaleureuse.
  • Pour lire tard le soir sans forcément utiliser la « grande lumière », une petite lampe de chevet, simple encore une fois, c’est plutôt pas mal.
  • Le dernier meuble coûte assez assez cher, il s’agit d’un meuble télé avec quelques rangements. Simple et épuré, près d’une grosse bibliothèque, ça pourrait être pas mal, voilà.

Isaline ♥